L’administration Obama bat de l’aile

Après moins d’un an, l’administration Obama bat de l’aile. Il ne s’agit pas de l’endettement massif du pays qu’il a suscité car ses dimensions échappent au commun des mortels. Il ne s’agit pas non plus principalement du chômage de 10%, pourtant inhabituel aux Etats-Unis, et encore moins des tergiversations du Président sur l’engagement militaire en Afghanistan. Même deux attentats terroristes en deux mois pèsent assez peu dans la balance, à mon avis.

La tentative de réforme de la santé par un parlement à grosse majorité Démocrate et par le Président sont au coeur du désenchantement vis-à-vis de ce dernier. De plus en plus de politiciens Démocrates ont deja choisi de ne pas se représenter en Novembre car ils sentent bien la colère montante des électeurs. Une commentatrice du Wall Street Journal parle de “la victoire catastrophique” d’Obama sur ce plan.

Pourquoi cette querelle interne devrait-elle intéresser les étrangers? La raison est simple: Le secteur santé recouvre 17% du PNB américain. Il atteindra 20% prochainement. Or, et contrairement a une impression répandue, l’Amérique, même en état de crise, demeure la locomotive de l’économie mondiale. Il n’y a pas de solution de rechange. Le PNB de la Chine, par exemple demeure de plus de quatre fois inférieur au PNB américain. Quand l’Amérique a la migraine, le reste du monde s’allite.

L’opposition au projet de reforme de la santé Démocate se situe à deux niveaux. Il y a d’abord les gens comme moi, les conservateurs, qui sont contre depuis le début pour des raisons à la fois constitutionelles et pratiques. La santé n’est pas du ressort du gouvernment en général, et absolument pas du ressort de l’état féderal. Les conservateurs détestent l’expansion des pouvoirs fédéraux. De plus, il n’ y a aucune raison d’avoir confiance en la competence de l’état féderal.On le voit mal prendre en main presqu’un un cinquième de l’économie nationale alors qu’il n’est jamais parvenu à faire rouler les trains dont il a pris le contrôle il y a vingt ans.

La second opposition, grandissante, est plus intéressante. Beaucoup de sans-partis, et de plus en plus de Démocrates, haïssent la procéedure choisie par l’administration Obama et ses alliées au parlement. Obama avait promis un gouvernenemnt de transparence. Il s’était engagé à placer tous les grand débats sur la télevision publique. Au lieu de quoi, la formulation finale du projet de loi est en train de se faire a huis-clos, entre les haut dirigeants Democrates de la Chambre et ceux du Sénat. L’ensemble des élus Democrates n’y a pas accès; aucun membre de l’opposition Républicaine n’est invité ou consulté. Comme le projet de loi de la Chambre et celui du Sénat font plus de deux mille pages chacun, il est à peu près certain que personne ne les a lu, pas une seule personne.

Ce processus secret n’est pas à proprement parler illégal mais il est dramatiquement contraire aux moeurs politiques américaines.

Tous les sondages s’accordent: Aujourd’hui, s’il y avait referendum à la majorité, le projet de réforme de la santé serait enterré. Le viol cynique par l’administration Obama des voeux de la majorité exprimée n’est pas encore le fascisme mais on s’en rapproche à un point que je n’ai jamais vu en quarante ans dans ce pays.

© Jacques Delacroix

About jacquesdelacroix

I am a sociologist, a short-story writer, and a blogger (Facts Matter and Notes On Liberty) in Santa Cruz, California.
This entry was posted in Stories and poems in French. Bookmark the permalink.

One Response to L’administration Obama bat de l’aile

  1. Pingback: L’administration Obama bat de l’aile « Notes On Liberty

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s