Pour le Nouvel An juif

Voici une communication de mon copain Antoine Casublo,  avocat a la cour:

Je sais, je vous ai souvent raconté ma vie-mon œuvre, mais, là, je vous invite à acheter le Journal du Dimanche de cette semaine.

Alors que je finissais ma formation d’avocat, stagiaire au cabinet de mon ami Francis CHOURAQUI, Nathalie NEUMAN est venue nous voir pour nous raconter l’histoire de son père Emile, de ses grands parents, Sarah et Mordka, disparus à Auschwitz.

Arrivés de Pologne dans les années 30, les parents d’Emile avaient acquis un petit lopin de terre à Villepinte dans la banlieue parisienne afin d’y faire un potager qu’ils entretenaient le weekend et durant les vacances d’été.

Hélas, raflé en 1941, déporté par le convoi n°6 parti de Pithiviers le 17 juillet 1942, Mordka n’aura pas eu le temps de beaucoup profité de ce potager.

Restée seule avec ses deux enfants Emile et Reine, Sarah est allée se cachée sur ce terrain de Villepinte dans la cabane en bois, au fond du potager. Mais en 1943, à son tour, sûrement dénoncée par des voisins, elle fut arrêtée devant sa cabane, sous les yeux d’Emile par des gendarmes français qui la conduire à Drancy.

Après la guerre, Emile qui n’avait que 12 ans en 1945 n’a pas retrouvé dans l’appartement familial parisien, pillé par les voisins, de document prouvant la propriété de ses parents sur ce lopin et toute sa vie il a gardé au cœur le souvenir de ces jours heureux à Villepinte avant guerre mais aussi la rage de ne pouvoir prouver sa propriété, n’ayant jamais trop su comment s’y prendre.

C’est cette histoire que Nathalie Neuman m’a raconté ce jour là au cabinet de Francis Chouraqui.

Je venais de finir mon documentaire sur les Rafles de l’été 1942 en Zone libre, je ne pouvais rêver meilleure transition professionnelle que de m’occuper de ce dossier.

Je ne m’étendrai pas sur les presque trois ans que j’ai passé à tenter d’établir la propriété d’Emile sur ce terrain…

Lundi dernier, jour du nouvel  an juif et soixante-dix ans après la mort de Mordka à Auschwitz, Nathalie récupérait (pour Emile très fatigué en Israël), les clés de la grille et faisait, en propriétaire, le tour de ce terrain.

Je suis très heureux d’y avoir réussi.  Et très fier de vous raconter, par cet article, le point final de cette histoire.

Antoine

Antoine CASUBOLO FERRO

Avocat au Barreau de Paris

55, rue de Varenne 75007 Paris

Tél.: 01 83 62 83 58 Fax: 01 83 62 86 61

Toque A 415

About Jacques Delacroix

I am a sociologist, a short-story writer, and a blogger (Facts Matter and Notes On Liberty) in Santa Cruz, California.
This entry was posted in Commentaires politiques en Francais, comments by others. Bookmark the permalink.

One Response to Pour le Nouvel An juif

  1. Filip4084@aol.com says:

    Truly moving

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s