Le régime de l’homme des cavernes

Voir aussi mon aussi mon recent essai en Anglais: https://factsmatter.wordpress.com/2014/01/10/the-paleo-diet-and-the-vegetarians/

Je me trouve aujourd’hui moralement obligé d’expliquer à un Français qui ne connait pas l’Anglais l’idée générale du “régime paléolithique,” le régime de l’homme des cavernes, si on veut. Je m’efforce ci-dessous de faire passer les principes de base de ce régime alimentaire tel qu’il est exprimé dans le livre de The Paleo Diet par Loren Cordain.

Ce qui suit n’est ni autorisé par l’auteur ni par son éditeur en language anglaise. Je ne sais pas s’il existe en éditeur en français. Je crois que non. Il me faut aussi souligner que je ne possède pas de formation médicale et que je ne suis pas nutritioniste. Je suis bien titulaire d’un doctorat d’une bonne université americaine mais dans une discipline qui n’est liée ni à la santé ni à la nutrition. (Il y a un lien a mon C.V. sur ce blog.) Il s’ensuit de ce manque de qualification autant que de mon horreur des cultes, que je n’éprouve aucune envie de discuter des régimes alimentaires en général, et surtout pas avec des inconnus. Je vis depusi longtemps, à Santa Cruz, Californie, l’une des capitales mondiales de la superstition alimentaire. (On trouvera ma discussion critique – en Anglais – des aliments dits “organiques” sur ce blog.) Je ne censurerai probablement pas les commentaires qu’on pourra faire à cet exposé sur ce blog mais je n’y répondrai surement pas. Je ne recherche donc nullement le dialogue, dans ce cas précis. Par contre, j’accepterai tous les remerciements!

Le court exposé ci-dessous ne préconise, ni ne conseille, ni même ne défend. Je n’escompte en tirer aucun bénéfice pécuniaire. Il ‘agit donc d’une entreprise purement altruiste. J’essaie seulement de partager mon expérience d’utilisateur en espérant que cela servira à quelqu’un d’autre.

Mon adoption pendant six mois du régime paléolithique a correspondu dans le temps à une amélioration importante de mes symptômes diabétiques (type II) et d’une légère amélioration de mon indice de tension artérielle. Mes chiffres de cholesterol eux n’ont pas changé. Peu de temps après que je me sois mis à ce régime, certaine difficultés intestinales dont j’étais affligé depuis vingt ans ou plus ont disparu. Initialement, en surpoids modéré, j’ai maigri modestement mais sans aucun effort a raison d’à peu pres 6% de mon poids de départ. Durant cette période rien n’a été modifié en ce qui concerne mes médicaments, ni mes habitudes d’exercice physique, du moins, autant que je sache. Je ne sais pas non plus avoir acquis des troubles de santé nouveaux pendant cette période. Pourtant, je ne peux pas en être certain, en fait; Peut-être suis-je en train de mourir sans le savoir des effets cette alimentation.

Le livre de Cordain m’a fait impression pour deux raisons:

1 L’auteur s’efforce scrupuleusement de lier ses diverses affirmations à de vraies études, à des études véritablement scientifiques. Il me semble que c’est un fait assez rare pour un livre prônant un régime.

Note technique: Si on me demande ce que j’entends par “étude scientifique” je répondrai ici-même.

2 Le livre repose sur une idée générale qui correspond à ce que je crois savoir sur la sélection naturelle. Voici cette idée, en guise d’introduction:

Nous somme tous les descendants de créatures qui se nourissaiente exclusivement des produits de la chasse/ pêche/cueillete. Je répète d’une autre manière: Ceux qui étaient allergiques au cuissot de mamouth ne sont pas nos ancêtres. On a laissé au bord la route de la reproduction ces oncles et tantes malchanceux. Nos organisme aujourd’hui sont donc principalement, peut-etre exclusivement, le résultat d’une sélection naturelle par la nourriture opérant sur 200,000 ans au moins.

Par contraste, la nourriture provenant de l’agriculture et de l’élevage ne nous forme que depuis 9,000 ans maximum. C’est seulement 6,000 ans au plus pour ceux dont les ancêtres résident depuis lontemps au bord de l’océan atlantique.

Nos corps sont donc avant tout des machines à transformer, la viande, le poisson, les oeufs, les noix, les fruits et les végétaux fibreux verts et rouges.

Une alimentation composee principalement de produits céréliers et laitiers envoient à l’organisme de faux signaux qui mènent à plusieurs pathologie et surtout, celles qui sont lièes au surpoids. D’aprèes Cordain, manger des céréales sous toutes leurs formes – pain compris, nouilles comprises – donne faim.

Voici le résumé très simplifié de l’alimentation paléolithique:

Pas de céeréeales, sous aucune forme; pas de légumeuses, (lentilles, pois chiches, pois cassés, fèves). Pas de lait ou de produits laitiers (donc, pas de beurre et pas de fromage).

Pas de produit fermentés (ni vin, ni bière, ni fromage encore). Pas de café. Pas d’autres produits cafféineés. Certaines noix ne sont pas recommandées; les amandes, les noix ordinaires (de noyer) et les noisettes le sont. Pas de sucre.

A volontée: poisson, viandes plutôt maigres mais consommer des abats est recommandé; oeufs, légumes verts ou rouges; salses, etc. Tous les fruits, bananes comprises; certaines noix. Huile d’olive

Comme c’est une manière complète et permanente de s’alimenter à vie, l’auteur nous donne plus ou moins la permission de tricher de temps à autre. Moi-même, je triche sans arrêt sur deux plans: je bois du café tous les matins et un peu de vin presque tous les soirs. Les argument du livre contre le café m’ont en effet parus peu convainquant a l’encontre de ce qui est surement l’une des substances les plus étudiées au monde. Les vertus du vin ne sont plus à démontrer et j’en bois peu, de toute facons. De plus, je m’octroie un petit morceau de pain de temps à autre, sans justification.

Cette méthode est donc très simple. Je l’ai adoptée, (sauf exceptions ci-dessus) sans effort majeur. Le petit effort déployé les premiers jours n’a pas du durer. Je n’ai pas l’impression de manquer, d’être privé. Il m’arrive d’avoir un peu faim très tôt le matin. Le principal inconvénient c’est que nous ne sommes pas des hommes (et surtout des femmes) des cavernes: Nous achetons presque tout. Le régime paléo coute plutôt cher et il demande pas mal de temps en préparation des aliments.

About Jacques Delacroix

I write short stories, current events comments, and sociopolitical essays, mostly in English, some in French. There are other people with the same first name and same last name on the Internet. I am the one who put up on Amazon in 2014: "I Used to Be French: an Immature Autobiography" and also: "Les pumas de grande-banlieue." To my knowledge, I am the only Jacques Delacroix with American and English scholarly publications. In a previous life, I was a teacher and a scholar in Organizational Theory and in the Sociology of Economic Development. (Go ahead, Google me!) I live in the People’s Green Socialist Republic of Santa Cruz, California.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s