Une culture politique du n’importe quoi.

L’autre soir, j’ai capté brièvement “On n’est pas couché”, une émission télévisée que j’aime assez bien. J’ai eu juste le temps d’entendre un des hommes les plus durables de la vie politique francaise de gauche dire à peu près ceci:

Le “big business” américain c’est arrangé pour désindustrialiser l’Amérique.

L’auteur de cette déclaration péremptoire: Jean-Pierre Chevènement, un socialiste qui n’a pas la réputation d’un extrémiste, il me semble.

Deux gros problèmes en une seule petite phrase:

1 On ne voit pas très bien comment cette abstraction; “big business américain” se serait arrangé pour effectuer quoi que ce soit de cette manière volontariste. Comment s’y prennent-ils au juste? Ils tiennent des réunions dans une arrière-salle de café en pendant un écriteau à la porte:

“Big Business Only – No Admittance for Medimum-Size and Small Businesses” ? Et si ce n’est pas la cas, le big business n’aurait -il pas été surpris en flagrant délit de désindustrialisation criminelle? Les syndicats n’auraient-ils pas gueulé comme des putois; personne ne se serait plaint? Et ce projet obscène aurait échappé à la censure des élections? (Ou bien, les élections americaines sont-elles toutes plus ou moins truquées?)

Le propos de Monsieur Chevènement ne veut litéralement rien dire. Ou plutôt si, il signifie quelquechose au second degré. C’est le genre de conte de monstres dont on se servait jadis pour forcer les enfants à rester dans leurs lits: “La-bas, plus loin, dans les collines, y’a le Grand Méchant Loup. Restez bien au chaud les petits.”

2 Ce n’est pas vrai. L’Amérique n’est pas désindustrialisée du tout. En fait, la production manufacturière américaine a atteind son niveau le plus haut l’année dernière (ou l’année d’avant, peu importe). C’est vrai qu’on fabrique ici moins de crayons et moins de pièges à rat qu’il y a quinze ans. Quel malheur! C’est un autre sujet, il vaut d’en parler. Il vaut plus qu’un phrase simpliste jettée à la sauvette.

Les Français sont soumis par leur gauche politique à un régime constant de bêtises sans liens avec la réalité, un réalité aujourd’hui pourtant facilement vérifiable grâce à l’Internet. M. Chevènement, par exemple, continue à dire n’importe quoi, comme si les faits n’étaient pas devenus beaucoup plus accessibles qu’au temps de sa jeunesse militante. Je me demande pourquoi les grandes publications francaise, à commencer par Le Monde, ne mettent que si rarement la pendule a l’heure. J’ai souvent l’impression, de loin, que les Français se soucient peu de la réalité.

About Jacques Delacroix

I write short stories, current events comments, and sociopolitical essays, mostly in English, some in French. There are other people with the same first name and same last name on the Internet. I am the one who put up on Amazon in 2014: "I Used to Be French: an Immature Autobiography" and also: "Les pumas de grande-banlieue." To my knowledge, I am the only Jacques Delacroix with American and English scholarly publications. In a previous life, I was a teacher and a scholar in Organizational Theory and in the Sociology of Economic Development. (Go ahead, Google me!) I live in the People’s Green Socialist Republic of Santa Cruz, California.
This entry was posted in Commentaires politiques en Francais and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

9 Responses to Une culture politique du n’importe quoi.

  1. Heureusement, les Français qui croient encore aux balivernes que racontent Chevènement et ses copains socialistes sont de moins en moins nombreux et leurs propos font rigoler de plus en plus de monde en France et hors de France. Chevènement est assez représentatif de cette pseudo-intelligentsia à la française héritée du siècle glorieux des lumières ( je veux dire le 17 ème siècle) ou être un intellectuel signifiait être en avance sur les idées de son temps en prenant en compte la réalité objective des choses et des evènements. Aujourd’hui c’est presque l’inverse la majorité de ceux qui se ressentent comme des intellectuels ne sont en fait que des ´intellos’ gonflés d’une suffisance cachée derrière la fausse modestie des donneurs de leçons ou des crypto-philosophes qui ont raté le tournant de la science. Ceux qui regardent ‘On n’est pas couchéś peuvent en admirer un specimen en la personne d’Aymeric Caron qui vient chaque semaine déverser son fiel sur une personnalité de droite. On reconnait facilement le moment où il va diverger à ce que ses oreilles et son front se tendent vers l’arrière. Espèce en voie de disparition. God bless man!

  2. Bien observe Aymeric. Quel petit con! J’aimais mieux Audrey bien qu’elle couchat avec un ministre socialiste (qui dit aussi beaucoup de conneries, et en public).

    Mon propos etait un peu different de celui auquel tu t’adresses: N’y a t’il personne pour corriger quand les homme politiques que tu decris si bien racontent des betises enormes?

    La culture francaise contemporaine repose-t’elle sur une conspiration du silence ou suis-je mal informe?

    • Nick: The amount of French you picked up growing up, just occasionally hearing me swear in that language is amazing. You are a natural linguist in addition to a sans pareil artist!

    • Tige d’airain: Mon camarade Ugo, quinze ans, nous fait remarquer a tous les deux que le siecle des lumieres etait le 18ieme, pas le 17ieme. Aujourd’hui,au lycee , ils apprennent surtout l’insolence vis-a-vis des aines. De mon temps, on etait puni pour avoir eu raison.

  3. Nick says:

    je comprends un petit. le petit business est bon. bon appetit!
    -Nick C.

  4. Tige d'airain says:

    Bravo Hugo pour cette capacité d’observation. Le siècle des Lumières est bien évidemment le 18ème ; celui qui débute le 1er Septembre 1715 à la mort de Louis XIV.
    Ma plume avait fourché !
    Le ministre ex-compagon d’Audrey Pulvar c’est Arnaud Montebourg ministre du Redressement Productif (ainsi baptisé d’une façon très peu conventionnelle, je pense, pour contourner l’oukase du patronat français qui avait averti F. Hollande qu’il n’accepterait pas la nomination comme ministre de l’Industrie et du Commerce d’un ennemi aussi déclaré de l’entreprise).
    Monsieur Montebourg est maintenant, selon la rumeur, le nouveau boy friend d d’Elsa Zylberstein une actrice assez connue. Les amours entre politiques, journalistes et membres du show-bizz sont aujourd’hui assez courantes en France. Rien de surprenant car nos ministres consacrent au moins 80% de leurs journées de travail à courir entre les studios de radio et les plateaux de télévision tant est insatiable leur besoin d’être admiré. On s’interroge sur la possibilité d’instruire sereinement les problèmes qui relèvent de leur charge dans le peu de temps qu’il leur reste en s’appuyant sur des informations vérifiées. Pas étonnant que Chevènement, comme beaucoup de ses semblables, dise des mensonges sur un ton aussi péremptoire ; il est beaucoup trop préoccupé à faire le beau devant les caméras.
    Je crois que ce qui a poussé beaucoup de ces messieurs à entrer en politique c’est le secret espoir d’être adulé comme une vedette de cinéma à l’égal de Brad Pitt ou Georges Clooney . Le seul problème c’est qu’ils sont généralement moches et sans charme.

    • Tige d’airain: Excellent analyse, comme d’habitude. Si tu n’etais deja celebre et acclame, j’essaierais de te recruter pour cet humble blog.

      Je suis triste qu’Audray soit cocue par son bolchevique surrane. Si seulement cela ouvrait la voie pour son retours a “On n’est pas couche” comme remplacement a cette tete a claques d’Aymeric.

      PS Je me demande comment Google Translate traduit “tete a claques”!

  5. Commentaire reçu separement. Il provient d’un Français de l’ouest que je connais bien et qui prefere rester anonyme. DONC, CE COMMENTAIRE NE PROVIENT PAS DE MOI malgre l’en-tete. Je vais l’appeller “le Chouan” . Cela lui fera surement plaisir.

    Les bonnets rouge n’est qu’un épiphénomène médiatique. J’ai lu ton blog.  Tu devrais faire attention à tes références, ” On n’est pas couché ” est une émission tardive – people – mineure et complaisante, peu représentative de ce qui se passe aujourd’hui en France. On minaude à tout va, avec l’aide de son présentateur pédé qui ne fait rire que lui. A commencer par les hommes politiques has-been qui essaient de paraitre pour  survivre à leur médiocrité. Chevênement même avant son grave avc racontait n’importe quoi pour exister et intriguer les médias. Un politicard opportuniste ( comme Bayrou, Morin et Boorlo etc ) de la pire espèce dont la majorité des français ne veulent plus aujourd’hui. Sans parler des godiches de l’ancienne droite traditionnelle ( Gaudin, Menucci et autres Raffarins qui rivalisent de sarkozizme. L’espoir c’est la nouvelle génération qui maitrise de mieux en mieux la communication et ne s’en laissera pas conter.

    De même pour Hollande, qui dans un autre genre a trompé les français et a fait illusion pendant sa campagne” cf. mon ennemi aujourd’hui c’est la finance…”
    On sait maintenant comment il est parvenu à la tête du parti socialiste : par ses compromis et sûrement ses compromissions. Un petit président énarque, à côté de la plaque, qui va avoir du mal à remonter la pente de l’opinion avec son gouvernement de bidons, Ayrault, Fabius, Montebourg, Le Foll, Vals, Moscovitchi, Touraine et quelques autres innexistants qu’on entend jamais. Il suffit de les entendre parler pour comprendre qu’ils jouent du pipeau, pas besoin d’avoir fait sciences-po.

    A droite c’est pareil, ceux qu’on entend aujourd’hui sont les toccars tartouille de la cour à Sarkozy et qui rêvent de son retour en vu d’un portefeuille éventuel. Les autres essayent de se battre pour empêcher Sarko de revenir et se faire une place au soleil pour 2017.

    En France c’est toute la classe politique qui est discrédité, toujours pour les mêmes raisons et en particulier leur manque d’exemplarité pour protéger leurs privilèges ( les députés en particulier ) et les injustices caractérisées qu’ils camouflent ou qu’ils soutiennent. Ils ont fait l’euro mais pas l’europe en se gardant de dévoiler le mode d’emploi.

    Une évidence aujourd’hui de la médiocrité ambiante est l’indigence d’explications des partis ( avec la complicité paresseuse des médias ) pour expliquer les nouveaux impots. On dit ça va rapporter x milliards à l’état et permettre de combler la dette mais il sont incapables d’expliquer combien cela va coûter à chaque contribuable, le plus souvent quelques euros par mois ou quelques milliers pour les plus riches pour qui de toutes les façons ça ne modifiera en rien le niveau de vie.

    Il y avait l’autre soir sur l’émission ” C-politique ” Mélenchon qui pour une fois ne jouait pas les matamores. Il a expliqué simplement et calmement ce qui ne plait pas aux français, révélateur de quelques vérités dont les hommes politiques de tous bords pourrait s’inspirer.

    Sais-tu qu’en France c’est Bercy et ses technocrates arrivistes ( y compris avec le privé pour s’y recycler ) qui jugent les affaires de fraude et d’évasion fiscales ? Ce sont eux qui ont enterrrés les fichiers des fraudeurs qui ont un compte en Suisse, sous Sarko comme Hollande….

  6. Pingback: Refugies dans l’ irrealite? | FACTS MATTER

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s